12/09/2011

AOUT: une fin d'été sur le podium du GRPyrénées (3ème au scratch)

posté à 13h34 dans "2011"



Le mois d'aout avait bien commencé...remotivé à l'entrainement, reparti de bonne manière , des kilomètres bien avalés, je pensais participer à l'Ubaye Salomon...Or dans la nuit du samedi 6 aout, un terrible orage s'est abattu sur la Provence et les Hautes Alpes.. Le réveil était réglé, mais cette météo me freina.. Peur de prendre des risques avant le Grand Raid Pyrénées.
Du coup, j'ai annulé mon congé et me suis retrouvé au boulot pour 24h...Mais la malchance ne s'est pas arrêtée là.. Le we du 15 aout synonyme de l'Ironman d'Embrun, j'avais prévu un beau we entrainement dans le 05...Une sortie en rando course de 8 à 10h et surtout le parcours cycliste de l'Embrunman avec mon pote Gael (Couturier) .. mais la veille du we, au sortir de la plage, un lumbago me cloua au lit 5 jours !!! Un mal pour un bien au vue du résultat acquis sur le Grand Raid Pyrénées..
A J-15 , dans ces conditions on cogite ...et recogite ...d'autant que pour courir plus de 160km/+10000 , il vaut mieux être en possession de tous ces moyens...du coup se fut vélo et quelques footing pour la reprise avant ce rdv du 27 aout ...
Ci-dessous le récit de ma course ....avec un grand MERCI à ma femme Sophie pour m'avoir fait le ravitaillement sur les 14ères heure de course...



Grand Raid Pyrénées : authentique, rugueux et rocailleux

Né en 2008,sous la direction de l'association Majuschule,en partenariat avec la commune de Vielle -Aure, cet ultra ne cesse de prendre de la hauteur chaque année et sa réputation de s'embellir...

Depuis 2 ans, malgré la forte technicité de ses sentiers, et son fort dénivelé, il ne cesse d'afficher complet. Le GRP, c'est désormais 160km pour un dénivelé positif 10000m, autant dire qu'il n'a rien a envié à l'UTMB ou au GRRéunion. Arrivé sur place, une semaine avant, j' ai pu profiter d'une bonne acclimatation(sous 30 degré)..le seul jour de mauvais étant le jour J ...En effet, lors du briefing, l'organisateur nous annonce "l'esprit pyrénéen"..."nous attendons de forts orages, de la neige à 2100m et des rafales de vent a 100KM/H"...La décision est prise de retarder le départ de 2 heures (7h du matin au lieu de 5h).. lot de consolation, la nuit sera un peu plus longue !!! ca ne sera pas de refus au vue du menu qui nous attend.
Le jour J.. ma plus fidèle supportrice ma femme Sophie, me descend au départ a 4H15.. quelques étirements, quelques foulées et bonjour et photos amicales et l'heure du départ est déjà là.



Je ne pars pas serein ; en effet, je n'ai pas couru de 100miles depuis mon GGRéunion 2008...comment vais-je réagir à la fatigue musculaire ? Physiologique ? Au sommeil ??? J’ai plein d'interrogations en moi...
7 Heures le départ est donné. Comme à l'accoutumée des coureurs partent faire la traversée du village en tête de peloton. Je Je fais le choix de partir prudemment en vérifiant la vitesse instantanée sur mon GPS...je suis donc dans le 2ème peloton en compagnie de Guillaume Lenormand et Jean-Hugues Vos. Le col de Portet est la première difficulté du jour, avec ses 1500m de den+, une bonne mise en route.. nous alternons course et marche, tout en discutant et en évitant de se mettre dans le rouge....la route est longue.. L'ascension se fait au lever du jour sans humidité et presque avec les rayons de soleil..Mais cela ne va pas durer. Au sommet, le vent est déjà froid et nous voyons les nuages apparaitre. Nous empruntons alors un chemin a flanc de montagne, surplombant le lac de Bastan et le pic du même nom se dresse face à nous. La pluie fait son apparition, mêlée d'un léger brouillard. Lors de cette ascension, le vent nous fouette, je n'ai pas de gants, et le ravitaillement s'en rend plus délicat avec les mains humides et gelées.
Au sommet, ça sera du chaud et encore du chaud avant d'attaquer la descente jusqu'à Artigues sous une pluie battante. Chacun descend a son allure ou plutôt a son aisance sans trop prendre de risques car la course ne fait que commençait.
Au ravitaillement d'Artigues, je vois ma femme, ma mère et mon fils.. je recharge en eau, bois à nouveau chaud.. Echange deux trois mots avec ma femme et le speakeur, un bisou au fiston et je repars.. Ma femme est inquiète par rapport à la météo.. Moi aussi.. Mais pas pour les même raisons. Elle a peur que je m'arrête et moi j'ai peur qu'il neutralise la course.. 30km, déjà rincés de chez rincés les traileurs.
Pour se réchauffer, pas mieux qu'un nouveau col.. allez direction le col de Sensour(2378), la montée est très raide au pied avant de découvrir un univers magnifique. Nous parcourons alors pierriers, alpages ou cohabitent chevaux, vaches et moutons. J'ai l'impression de faire un OFF !!!Quelle ATHENTICITE, j'aime ce côté sauvage et le savoure pleinement .Une impression de liberté d'harmonie avec la faune et la flore m'envahit.. C'est ce tableau que je garderai en moi de mon Grand Raid Pyrénées.



Après avoir enchainer les lacs d'altitude Oncet, Aouda, lac Vert, lac Bleu nous passons le col de Barreilles(2238) pour arriver à Hautacam.. et la longue descente sur Cauterets.
Cauterets,98ème KM...c'est ici que je fais le choix de me changer intégralement(vêtements, chaussettes et chaussures) et de repartir ainsi "neuf" et surtout au sec...C'est aussi ci , que je dis au revoir à ma petite famille à qui je donne rdv a Vielle Aure demain matin, en espérant que tout se passe bien. C'est aussi ici, que ma femme m'apprend que certains accompagnateurs ont porté réclamation auprès de l’organisation pour ou plutôt contre un coureur.. Ce dernier bénéficiant de l'aide d'un VTTiste , et du non port du matériel obligatoire lors d'un contrôle ultérieur.. Il sera sanctionné de 5h de pénalité...comme on dit " à chaque coureur sa philosophie du trail".
Bref.. ravitaillé, changé je repars en direction du col de Riou(1945m)...en 6ème position , je crois...La haut le vent souffle et fouette à nouveau le visage, le temps semble se dégager.



J'arrive à Esquieze Sére. 2ème ravitaillement ; personnel. Mon GPS n'a plus de batterie, la fin se fera donc aux sensations!! On me propose de manger des pâtes, mais elle ne sont pas prêtes , il me faut attendre(un détail qui sera corrigé pour 2012).. Je mange du pain, de la soupe de la banane.. et repars.
Cette partie du parcours devient piégeuse, ça monte, ça descente, ça court.. on en perd ces allures et je ressens déjà un petit coup de faim en arrivant à Tourmaloup (km130) au pied du dernier gros morceau le col de Barèges. Tout en me ravitaillant, je subis un contrôle de sac et matériel obligatoire.. RAS j'ai tout même la veste en double. Et elle n'est pas de trop !!!
Le col de Barèges (2469m) fut long, technique.. la descente tout autant sous la pluie qui refit son apparition. J'ai eu 15km (=4heures d'effort) très difficile.. L'alimentation ne passait pas très bien, le froid...il devait faire au moins -5degré.Les plantes étaient blanches de givre.
A la vue du restaurant "les Merlans"(2040m), je suis heureux, fatigué et surtout frigorifié. Il me reste alors 13km de descente de pistes de ski.
Les bénévoles m'encouragent.. leur réconfort me fait du bien.. Assis , il me couvre d'une couverture, je bois du chaud, j'ai mal aux pieds .
Je repars tant bien que mal, et me lance sous le lever du jour dans la descente finale. Les concurrents du 80km eux sont entrain de gravir les crêtes.. c'est exceptionnel.



Je "travaille" la descente a la manière d'un skieur en slalomant.. mes orteils me font mal(mes ongles de pied des gros orteils tomberont 4 jours plus tard).A 3km de l'arrivée, l'espagnol me passe en me lançant des "VENGA VENGA "., mais je ne peux le suivre. Je cours sur les talons.. il me mettra près de 10' !!!puis la libération, je rentre dans Vielle-Aure. J'alterne course-marche.. Et puis j'entends "allez Seb, comme au MDS sur l'étape longue, jusqu'au bout"...puis j'aperçois ma femme promenant ma toutoune labrador.. nous finirons en trottinant tous les 3..
Je passerais la ligne d'arrivée en 24h18.. et finirai 3eme au scratch/750 derrière 2 espagnols...satisfait de ma course et félicitais par Simon et Anne-Marie, les G.O.de cette belle journée. Une bien belle aventure que l'on doit aussi à toute une région, et à des bénévoles vraiment dévoués.



Un ami a créé la bible (pour moi) des plus belles courses Ultra au monde (courir un monde sans limite) : le Grand Raid Pyrénées n'a vraiment rien à envier à d'autres grosses courses comme l'UTMB ou le GRRéunion, il a tout d'une grande et belle course...
Encore merci pour cette belle journée AUTHENTIQUE-TRAIL ...

Le samedi avait lieu le Grand trail des Pyrénées..80km/+5000..en plus de continuer à accueillir les arrivants de l'Ultra.. ce fut l'occasion de voir et de présenter Mathys à Maitre Dawa Sherpa...
Une photo souvenir s'imposait...



Pour beaucoup , la saison se terminera aux Templiers ou a la Réunion pour la diagonale des Fous (comme pour moi) , alors après un peu de récupération je vous souhaite une bonne prépa pour votre dernier challenge...

Good training a tous

 


Autre news:
11/10/2016 : Grand To Grand : le rêve américain accompli...
17/09/2016 : Mon Coup de Chaud sur Chamonix(une nouvelle version de la CCC)
02/06/2016 : Mai, la résurrection ?
19/03/2016 : Avec Mars ça repart...
07/03/2016 : Un mois de Février bien chargé ....
17/02/2016 : Ouverture Ultra -Trail saison 2016
11/12/2015 : Une rentrée nocturne au profit du Téléthon
14/10/2015 : Retour du Pays du Soleil Levant
13/09/2015 : Un été, des vacances pour essayer de reprendre confiance
22/07/2015 : Retour sur Avril - Mai - Juin - Juillet


» Consulter les archives

RSS



     
Designed by Nico35